Un terrain en train de se faire. Éléments sur le (possible) paradoxe de la transmission

Quand des chercheurs en sciences sociales enquêtent, ils recueillent des matériaux. Ces matériaux prendront plusieurs mois à être exploités. Mais, pendant une enquête, on ne cesse pas aussi de faire et de défaire des hypothèses. Parce que le propos d’un interlocuteur nous semble étrange, décalé ou parce qu’il résonne singulièrement avec nos préoccupations, ce propos peut susciter immédiatement des hypothèses plus générales. Beaucoup de ces hypothèses sont abandonnées au cours de l’enquête, soit que le propos recueilli demeure trop isolé, soit que son interprétation immédiate s’avère, à la relecture, erronée. Mais au fur et à mesure des terrains, certaines hypothèses se sédimentent. Repensées et reconfigurées, elles fondent certaines des propositions scientifiques soumises aux autres chercheurs. Dans ce post, on aimerait revenir sur l’un de ces étonnements du terrain à travers lesquels se forgent des hypothèses à l’avenir encore incertain. Plus particulièrement, on souhaiterait montrer comment une hypothèse partielle sur la transmission de l’histoire a pu émerger au fil des rencontres avec les visiteurs, au fil des étonnements suscités par leurs propos. Il s’agit donc de présenter une recherche en train de se faire, dans ses tâtonnements et dans ses enthousiasmes.

 Working paper 2

Sylvain Antichan, Labex « Les passés dans le présent »

Je ne suis pas une visiteuse type !

Lorsque nous proposons aux visiteur-se-s de discuter avec nous de leurs impressions sous la forme d’un entretien à la sortie des expositions, il n’est pas rare d’entendre les un-e-s ou les autres préciser : « Je ne suis pas un-e visiteur-se type ! », « Mon cas est un peu particulier », « Mes réponses sont faussées ». Qui sont ces visiteur-se-s et pourquoi s’auto-proclament-ils-elles « atypiques » ? Pourquoi cherchent-ils-elles à se démarquer de la figure du visiteur telle qu’ils-elles se la représentent ? Comment comprendre cette réaction si fréquemment relevée sur le terrain ? Continuer la lecture de Je ne suis pas une visiteuse type !

« Vu du front. Représenter la grande guerre ». Musée de l’Armée et BDIC

Dans le cadre des commémorations du centenaire de la première guerre mondiale, le musée de l’Armée et la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine se sont associés pour proposer l’exposition « Vu du front. Représenter la grande guerre », ouverte au public du 15 octobre 2014 au 25 janvier 2015, à l’Hôtel national des Invalides. Continuer la lecture de « Vu du front. Représenter la grande guerre ». Musée de l’Armée et BDIC