Le centenaire du début de la Grande Guerre en Russie

Le centenaire du début de la Première Guerre mondiale a pris en Russie une grande ampleur. Les pouvoirs fédéraux et locaux, les institutions culturelles, les écoles, les associations historiques et l’église orthodoxe ont réuni leurs efforts pour sortir de l’ombre cette guerre « injustement oubliée dont la mémoire n’a jamais été commémorée ». Pendant la période soviétique, la guerre de 1914-1918 faisait partie des zones d’ombre de l’histoire officielle. Depuis 1991, alors que rien n’empêchait de l’évoquer, la société n’éprouvait aucun besoin de revisiter ce passé. Pendant les deux décennies post-soviétiques, les institutions culturelles faisaient l’impasse sur ce conflit. Les historiens et les amateurs passionnés par l’histoire des armes se réunissaient au sein des associations pour échanger sur ce sujet ou pour organiser les reconstructions des batailles, sans que cette activité soit médiatisée.

L’année 2014 a marqué un grand tournant. En début de l’année, le Comité d’organisation du jubilé a été créé sous l’égide du président du Parlement. Le ministère de la Culture et les directions des affaires culturelles dans les villes ont incité les institutions sous leur tutelle à organiser des expositions consacrées à la guerre. Un nouveau musée spécialement consacré au premier conflit mondial, riche des dispositifs interactifs et d’une scénographie luxueuse, a ouvert ces portes le 4 août à Tsarskoe selo. Les écoles ont participé à l’effort collectif en dispensant le jour de la rentrée l’enseignement sur l’histoire de la guerre. Enfin, le gouvernement a incité la création de deux nouvelles associations : la société pour la valorisation de l’histoire militaire et l’association des descendants des combattants de l’Armée impériale.

De nombreux monuments ont été inaugurés en présence des responsables politiques. Le 1er août, le président de la Russie s’est exprimé, lors de l’inauguration d’un monument à Moscou. Son discours, à la fois commémoratif et politique, était principalement destiné à interpréter le rôle de la Russie dans cette guerre en lumière du conflit contemporain avec l’Ukraine et la communauté internationale.

Les interprétations des rapports de l’Empire russe avec ses alliés d’antan sont ambigües. D’un coté, on utilise souvent, et de manière appuyée, l’appellation européenne de la « Grande Guerre » (Velikaïa voïna), qui n’était pas en usage auparavant. Cette appellation élève le statut de cette guerre aux yeux du peuple, marque une rupture définitive avec la définition bolchévique de  « guerre impérialiste » et rapproche symboliquement la Russie de l’Europe. En même temps, les discours officiels et les émissions télévisées sont ouvertement critiques ou moqueurs par rapport aux alliés qui auraient entraîné l’Empire russe dans cette guerre. Les interprétations proposées par les musées sont plus nuancées.

Au-delà de leurs différences, tous les acteurs convergent dans leur élan commémoratif, en souhaitant « rétablir la vérité historique », et de « rendre hommage aux militaires russes », « leur courage, leur héroïsme, leur patriotisme, leur art militaire ».

Le côté commémoratif est renforcé par l’omniprésence de l’Eglise orthodoxe. Loin d’être un acteur passif, l’Eglise promeut de diverses manières les activités culturelles liées à la mémoire de la guerre. Les nouveaux monuments sont consacrés par les prêtres. La prière collective peut parfois être au programme d’une ouverture de l’exposition historique.

Comment cette mémoire retrouvée de la Grande Guerre, s’inscrit-elle dans la politique de la mémoire contemporaine ? Elle vient appuyer et renforcer le symbole sacré et inviolable qui est la victoire dans la « Grande Guerre patriotique » de 1941-1945. L’une des idées puissantes du centenaire, c’est la continuité des traditions entre l’armée impériale et l’armée soviétique. Dans cette perspective, la puissance de l’armée soviétique ne serait pas uniquement l’œuvre du système de Staline, elle serait inscrite dans la durée. En découle une autre idée importante, la réhabilitation du tsar Nicolas II, et plus généralement de la figure du tsar qui serait structurellement nécessaire pour le maintien de l’armée et de la grandeur du pays.

Reconstitution historiqueSofia Tchouikina, Université Paris Saint Denis


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *