« Vu du front. Représenter la grande guerre ». Musée de l’Armée et BDIC

Dans le cadre des commémorations du centenaire de la première guerre mondiale, le musée de l’Armée et la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine se sont associés pour proposer l’exposition « Vu du front. Représenter la grande guerre », ouverte au public du 15 octobre 2014 au 25 janvier 2015, à l’Hôtel national des Invalides.

 « Vu du front » se penche sur les représentations de la Grande Guerre par ses contemporains. Sur 800 mètres carrés, 500 pièces issues des collections de la BDIC, du musée de l’Armée mais également d’autres institutions muséales françaises et européennes, témoignent de la diversité et de la richesse des images produites et diffusées durant le premier conflit mondial (tableaux, dessins, photographies officielles et privées, films, affiches…). Conçue comme une réflexion sur les représentations d’un événement historique, l’exposition invite à s’interroger : qui étaient les producteurs des images de ce conflit (artistes missionnés, soldats présents sur le front, photographes amateurs ou professionnels…) ? Quelles étaient les conditions de production de ces images ? Comment les représentations ont-elles évolué au cours du conflit ? Comment ont-elles circulé dans les sociétés d’alors ?

Après une introduction (« Sept fronts pour une guerre ») et une première section (« Voir la guerre avant 1914 ») qui soulignent l’omniprésence de la guerre et du militaire dans les « cultures visuelles » (presse et mouvements artistiques) des sociétés d’avant 1914 (représentations des guerres de 1870-71, des Boers, conflits balkaniques…), la deuxième partie de l’exposition (« La confrontation avec la réalité de la guerre ») met l’accent sur la découverte du conflit réel par ceux qui le vivent : artistes professionnels ou amateurs, dessinateurs, photographes, peintres missionnés… L’exposition montre alors comment circulent ces images mais aussi comment elles évoluent, notamment à travers la troisième section (« Face à la guerre longue »). Une dernière partie clôture l’exposition (« La mémoire du front ») et montre la nécessité, pour les contemporains du conflit, de témoigner de la violence des champs de bataille et des tranchées pour constituer une « mémoire » à la fois individuelle et collective de l’événement.

Nous avons réalisé trois phases d’enquête autour de l’exposition « Vu du front » et de ses visiteurs. En plus des observations, la première, exploratoire, nous a permis de réaliser 4 entretiens ; lors de la deuxième (11-19 novembre), nous avons recueilli 90 questionnaires et 19 entretiens. Du 16 au 22 janvier 2015 enfin, nous avons réalisé 23 entretiens et récolté 149 questionnaires. Sur ce terrain, l’analyse reposera donc sur 46 entretiens approfondis et 239 questionnaires.

Jeanne Teboul, Labex Les passés dans le Présent


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *