Je ne suis pas une visiteuse type !

Lorsque nous proposons aux visiteur-se-s de discuter avec nous de leurs impressions sous la forme d’un entretien à la sortie des expositions, il n’est pas rare d’entendre les un-e-s ou les autres préciser : « Je ne suis pas un-e visiteur-se type ! », « Mon cas est un peu particulier », « Mes réponses sont faussées ». Qui sont ces visiteur-se-s et pourquoi s’auto-proclament-ils-elles « atypiques » ? Pourquoi cherchent-ils-elles à se démarquer de la figure du visiteur telle qu’ils-elles se la représentent ? Comment comprendre cette réaction si fréquemment relevée sur le terrain ?

Une première question peut-être posée : existe-t-il un-e visiteur-se « type » des expositions dites « historiques » relatives à la première guerre mondiale ? Si oui, quelles sont ses caractéristiques (en termes d’âge, de sexe, d’origine sociale, de milieu professionnel…) ? Le traitement en cours des 600 questionnaires recueillis jusqu’à présent sur nos différents terrains nous permettra d’apporter une réponse statistique à cette question en dressant, si cela se révèle pertinent, le portrait « idéaltypique » de ce-tte visiteur-se.

Mais cette remarque peut également être comprise comme un aveu de non-objectivité de la part des visiteur-se-s qui, en se démarquant de la figure du « visiteur type », affirment la singularité de leur expérience. De ce point de vue, il nous faut effectivement rappeler combien les appropriations du passé sont diverses et subjectives. Il n’existe pas une seule manière de (rece)voir l’histoire exposée, celle-ci étant sans cesse réinventée, réinterprétée sous le regard des visiteur-se-s. L’histoire personnelle et le parcours biographique des individus nous semblent ainsi conditionner très fortement le sens prêté aux pièces présentées : c’est à travers ces prismes que les individus regardent et revisitent « l’histoire ».

La profession exercée par les visiteur-se-s constitue l’un de ces cadres cognitifs. Elle oriente bien souvent les attentes et les significations, comme pour cette documentaliste devant « faire des sélections sur cette thématique-là » et donc venue aux Invalides pour « accumuler des connaissances [qu’elle] n’aurait[t] pas par ailleurs » ou cette enseignante en histoire dans le secondaire, intéressée par les photographies de tranchées « qui pourraient [lui] servir dans le cadre de cours pour expliquer ce qu’est une tranchée ». Les critiques émises par cette dernière renvoient assez nettement à des exigences professionnelles : l’exposition n’est selon elle pas « assez didactique », ni « assez problématisé[e] » et « manque de gros titres [pour] que ce soit plus compréhensible par les visiteurs ». Un critique d’art venu visiter l’exposition « Vu du front » met quant à lui en avant l’esthétique des œuvres d’art présentées et l’émotion qu’elles véhiculent, le contexte historique de la première guerre mondiale étant tout à fait secondaire – voire absent – dans son discours. Interrogée sur les documents qui ont retenu son attention, une visiteuse à la retraite cite immédiatement le portrait de Marie Curie (présenté à la BNF dans le cadre de l’exposition « Eté 14 »), un choix qu’elle explique par son parcours professionnel puisqu’elle a été chimiste au CNRS.

L’histoire personnelle et familiale des visiteur-se-s est également essentielle pour saisir les appropriations faites de l’histoire exposée. Les visiteur-se-s sont nombreux-ses à évoquer un ancêtre ayant participé au premier conflit mondial et dont le parcours – raconté ou transmis via des objets lui ayant appartenu – a fait naître des questionnements, éveillé une curiosité. Le rapport au territoire connu et à l’espace local joue un rôle important dans la manière de lire l’exposition. Une jeune fille née en 2001 et rencontrée à la BNF a ainsi lu le portrait consacré à Thomas Mann car elle connait déjà ce nom, qui lui évoque un collège tout près de chez elle où sont scolarisés plusieurs de ses ami-e-s. De la même façon, un chimiste à la retraite venu visiter l’exposition des Archives nationales dit s’être intéressé (et avoir pris en photo) une carte postale du grand séminaire de Viviers, un document particulier pour cet homme vivant en partie en Ardèche. Un fonctionnaire de police originaire de Bretagne dit s’être penché sur un document d’archives particulier, car celui-ci évoquait les Côtes d’Armor dont il est « issu », une réaction qu’il dit avoir fréquemment lorsqu’il visite des expositions « historiques » (« La dernière fois c’était sur les Justes […]. Le tableau des Justes. J’ai épluché et quand j’ai vu qu’il y avait des gens de Saint-Brieuc qui avaient sauvé… on est touché ! C’était national et en même temps… ça rapproche »).

Sous-entendue dans ce dernier extrait d’entretien, la question de la proximité du visiteur-se avec l’objet exposé nous semble centrale dans l’expérience de visite. Les manières de rendre « proche » et familier ce lointain sont extrêmement diverses, témoignant de la variété des façons de tisser un lien avec l’histoire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *