Un terrain en train de se faire. Éléments sur le (possible) paradoxe de la transmission

Quand des chercheurs en sciences sociales enquêtent, ils recueillent des matériaux. Ces matériaux prendront plusieurs mois à être exploités. Mais, pendant une enquête, on ne cesse pas aussi de faire et de défaire des hypothèses. Parce que le propos d’un interlocuteur nous semble étrange, décalé ou parce qu’il résonne singulièrement avec nos préoccupations, ce propos peut susciter immédiatement des hypothèses plus générales. Beaucoup de ces hypothèses sont abandonnées au cours de l’enquête, soit que le propos recueilli demeure trop isolé, soit que son interprétation immédiate s’avère, à la relecture, erronée. Mais au fur et à mesure des terrains, certaines hypothèses se sédimentent. Repensées et reconfigurées, elles fondent certaines des propositions scientifiques soumises aux autres chercheurs. Dans ce post, on aimerait revenir sur l’un de ces étonnements du terrain à travers lesquels se forgent des hypothèses à l’avenir encore incertain. Plus particulièrement, on souhaiterait montrer comment une hypothèse partielle sur la transmission de l’histoire a pu émerger au fil des rencontres avec les visiteurs, au fil des étonnements suscités par leurs propos. Il s’agit donc de présenter une recherche en train de se faire, dans ses tâtonnements et dans ses enthousiasmes.

 Working paper 2

Sylvain Antichan, Labex « Les passés dans le présent »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *