«Pourquoi êtes vous venus à cette commémoration ?»

L’exposition « Poilus d’Isère » du musée de la Résistance et de la Déportation de Grenoble a été inaugurée le mardi 11 novembre à 18h. Cet événement a clôturé une journée ponctuée par de nombreuses commémorations dans la ville. En effet, à Grenoble, on ne célèbre pas seulement le 11 novembre 1918 ou le centenaire de la Grande Guerre mais aussi le 11 novembre 19431. Ainsi, cette même journée doit rappeler tant l’armistice que ce qui a pu être désigné comme la « Saint-Barthélemy grenobloise ».

Afin de resituer l’inauguration de l’exposition dans son contexte commémoratif, nous avons décidé d’observer tous ces événements : la messe commémorative à la cathédrale Notre-Dame, le dépôt de gerbes à la Porte de France, la cérémonie à la place Pasteur dédiée au 11 novembre 1943 et celle au monument des Diables bleus pour le 11 novembre 1918. Pour cette dernière cérémonie, nous nous étions réparti les rôles. Brett Le Saint, au premier rang, devait observer son déroulement. Pour ma part, positionné en recul, je devais scruter les spectateurs. L’observation était difficile à réaliser. Surtout, très rapidement, je me suis demandé pourquoi ces gens étaient venus. J’ai donc décidé d’interroger brièvement les individus réunis. Le contexte ne se prêtait guère à un long échange puisque les spectateurs étaient encore en train d’assister à la cérémonie quand j’ai commencé à les interroger. Une seule question a été posée :

« Bonjour, je réalise avec le CNRS une étude sur les commémorations. J’aurai voulu savoir ce qui vous a donné envie de venir aujourd’hui à cette commémoration. Cette étude est entièrement anonyme.»

Suite à cette question, quelques éléments ont été recueillis sur les personnes interrogées, principalement, l’année de naissance et la profession exercée. Le dispositif est très succinct et éminemment perfectible. Il se rapproche plus du « micro-trottoir » que de l’enquête sociologique à proprement dit. Toutefois, il n’est pas non plus sans signification. Cette mini-enquête a permis d’approcher 46 spectateurs. Elle offre un éclairage partiel sur les motifs incitant les gens à se réunir lors d’une cérémonie de l’armistice dans un contexte commémoratif. Ce post revient sur les quelques données ainsi recueillies.

Pourquoi êtes vous venus WP 4

Sylvain Antichan, Labex « Les passés dans le présent »


  1. A cette date, plus de deux milles personnes s’étaient rassemblées dans les rues afin de commémorer l’armistice, malgré les menaces et les interdictions du gouvernement de Vichy. 600 personnes furent arrêtées et 369 déportées vers les camps de concentration. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *