Que voit-on du passé quand il est donné à voir ?

What do we see of the past when it is on display

En 2010, le projet de Maison d’Histoire de France a fait l’objet d’une importante controverse. Pour ses partisans, ce musée devait constituer un « support d’instruction publique » et un « lieu de mémoire ». Pour ses opposants, il faisait la promotion d’« un récit national dans un but politique ». Malgré leurs divergences, les participants à ce débat avaient en commun de considérer qu’exposer le passé doit nécessairement produire des effets de transmission de connaissances historiques et d’adhésion à des valeurs. En cela, ils ne faisaient que reprendre les conclusions, parfois implicites, d’une littérature désormais abondante sur les « musées d’histoire ». L’exposition de traces visibles du passé – images ou objets – dans des espaces dédiés aurait été l’un des vecteurs de l’émergence des Etats-Nations. Il reste que ces travaux portent presque exclusivement sur la genèse et l’institutionnalisation de ces musées sans s’intéresser aux mécanismes à travers lesquels ces présentations du passé à la vue des visiteurs auraient effectivement diffusé le sentiment national auprès du plus grand nombre.
Depuis leur naissance au cours du 19ème siècle les musées d’histoire ont bien entendu vu leurs missions s’élargir. Ils sont pourtant toujours dotés d’un rôle social. Les présentations du passé à la vue des visiteurs sont désormais censées diffuser une « mémoire partagée » et favoriser une « citoyenneté tolérante ». A cette diversification progressive des finalités s’ajoute celle des modalités matérielles de la mise en exposition de l’histoire : de l’utilisation du multimédia aux scénographies d’immersion, en passant par les installations artistiques. Ces transformations ont inspiré de nombreux travaux. Là encore, et malgré leur diversité, ceux-ci ne portent que très marginalement sur ce qui se passe effectivement lorsque le passé, ou du moins certains de ses vestiges, est donné à voir au visiteurs. Réciproquement, et malgré leur explosion récente, les études de publics et autres visitors’ studies ont jusqu’ici très peu portées sur les musées d’histoire. Lorsqu’elles l’ont fait, elles se sont le plus souvent contentées de quantifier la « satisfaction » ou la « conscience historique » des visiteurs. Si le musée donne à voir le passé, les regards et points de vue des visiteurs – le fameux « visitors’ gaze » confronté à une exposition d’histoire – restent encore largement à décoder. Le projet MEMU – Revisiter les musées d’histoire s’inscrit dans ce mouvement pour s’interroger : que voit-on du passé quand il est donné à voir ?
L’enquête collective dont ce site espère rendre compte a pour finalité de saisir la manière dont la mise en images du passé proposée est vue par les visiteurs. En d’autres termes, ceux de Jean-Claude Passeron et Emmanuel Pedler dans leur étude pionnière sur la réception esthétique des images, il s’agit de chercher à cerner « le temps donné au passé ».

par Sarah Gensburger (CNRS/ISP)

 

Exposition Eté 1914 Crédit J. Teboul
Exposition Eté 1914

Crédit J. Teboul


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *