Enquête auprès des visiteurs de l’exposition Eté 1914 à la BNF

Dans le cadre des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale, la Bibliothèque Nationale de France a ouvert une exposition intitulée « Eté 14. Les derniers jours de l’ancien monde », du 25 mars au 3 août 2014. Organisée en partenariat avec le Ministère de la Défense, l’exposition se penche sur les raisons d’un basculement. Elle retrace l’enchaînement éclair des événements politiques et diplomatiques ayant conduit à la déclaration de guerre, tout en cherchant à replacer ces mécanismes dans un contexte social, culturel et politique plus large.
A travers la construction de l’exposition se manifeste la volonté de combiner une double approche de l’histoire, à la fois thématique et chronologique. Le parcours est ainsi structuré autour d’un demi-arc de cercle qui permet au visiteur de disposer d’un aperçu synthétique des événements principaux, du 23 juillet (Ultimatum austro-hongrois à la Serbie) au 4 août 1914 (déclaration de guerre de la Grande-Bretagne à l’Allemagne). Partant de cette frise, des salles disposées comme des rayons proposent un éclairage thématique sur des sujets variés et complémentaires (« Un été comme les autres », « Le monde d’hier : l’Europe de 1914 », « Cosmopolitisme culturel et expansion économique », « La guerre à l’horizon ? », « Pacifismes et bellicismes », « Tu seras soldat », « Préparer la guerre », « Mobilisations », « Le choc »), un choix scénographique qui offre au visiteur la possibilité de composer son propre parcours.
Issue d’un partenariat entre deux institutions ayant notamment permis la numérisation de 7000 volumes et de 30 000 documents graphiques, l’exposition présente des collections variées (dépêches officielles, archives photographiques, manuscrits d’écrivains, uniformes et armes des principaux belligérants…) et s’appuie sur des supports muséographiques divers, intégrant notamment des éléments audiovisuels et sonores (aux chansons légères qui ouvrent le tableau du bel été 14 succèdent le tocsin et la mitrailleuse qui soulignent la dramatisation croissante de la scénographie).
Cette exposition a constitué le premier terrain de recherche dans le cadre du projet MEMU – Revisiter les musées d’histoire qui portent sur les réceptions, usages et appropriations des expositions historiques à mission commémorative, porté par le Labex Les passés dans le présent. Durant plus d’un mois (juin-juillet 2014), des entretiens qualitatifs ont été conduits avec les visiteurs, complétés par des observations in situ et l’administration de questionnaires. La recherche intégre également une analyse de la genèse même de l’exposition, appréhendée via des entretiens avec les personnels du musée et le dépouillement d’un corpus de documents (catalogue d’exposition, épreuves de scénographie…).
A ce jour, 70 entretiens (individuels et collectifs) ont été réalisés, plusieurs dizaines de séances d’observation ont été conduites et de 260 questionnaires ont été administrés.

par Jeanne Teboul (Labex Les passés dans le présent)

Crédit J. Teboul
Crédit J. Teboul

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *