L’exposition comme terrain ethnographique. Méthodologie, problématiques et enjeux d’une enquête au musée

Ethnography of exhibitions, Ethnography in exhibitions – Methodology, problems and stakes of research in museums

Si les chercheurs en sciences sociales sont de plus en plus nombreux à investir les institutions muséographiques pour leurs recherches, ils ne dévoilent que rarement les conditions dans lesquelles s’est déroulé leur travail et n’explicitent pas toujours les problématiques et difficultés d’un terrain au musée. Durant plusieurs semaines, nous avons enquêté d’abord à l’Hôtel de Ville sur l’exposition « C’étaient des enfants », au Musée d’Histoire Contemporaine sur l’exposition « Affiche Action », puis à la BNF, sur l’exposition « Eté 14 » et ses visiteurs en suivant une méthodologie principalement qualitative (entretiens individuels et collectifs, discussions informelles, observations de salles et de visiteurs). Parallèlement à ces données, des questionnaires ont été récoltés afin de disposer d’informations à plus grande échelle sur le public fréquentant l’exposition et ses impressions de visite. Ces situations ethnographiques ont suscité des questionnements qui seront rapidement évoqués ici et donneront lieu à une réflexion plus poussée sur les conditions, contraintes et enjeux d’une enquête au musée.

Entrer et enquêter au musée

Accéder à un terrain institutionnel ne va pas de soi et le chercheur doit souvent négocier son droit d’entrée en présentant son projet et en rendant sa démarche lisible et utile pour des non-spécialistes de son champ. Reformuler, « traduire », ses questionnements est souvent nécessaire mais il s’agit parfois aussi d’inclure dans la recherche des questionnements émanant de l’institution elle-même. Il s’agit là d’une contrepartie facilitant la relation d’enquête mais également d’une exigence de la démarche ethnographique qui ne consiste pas seulement à traiter les questions que l’on se pose mais à tenir compte de celles qui se posent aux acteurs directement impliqués sur le terrain. Bien souvent, il existe un décalage entre les préoccupations du chercheur et celles de l’institution, davantage tournées vers des objectifs concrets (accroitre sa fréquentation, évaluer la satisfaction des visiteurs, améliorer les services proposés…). Les enquêtes de public réalisées par les musées constituent ainsi des documents utiles pour cerner les attentes de l’institution et réajuster dans une certaine mesure les problématiques initiales.

Des questions pratiques se posent aussi. Si l’exposition se prête bien à l’observation,  comment réaliser des entretiens dans cet espace qui exige un certain calme ? L’agencement des lieux ne rendant pas toujours possible l’aménagement d’un espace spécifique pour l’enquête, le chercheur doit faire preuve d’imagination et s’adapter ; un couloir ou des escaliers pourront ainsi abriter une discussion, tout comme les questionnaires qui trouveront leur place sur un coin de table, à côté du livre d’or !

« C’est par ici qu’on rentre ? ». Le chercheur et les visiteurs

La présence du chercheur peut susciter des quiproquos avec les visiteurs. A la BNF, nombre d’entre eux nous prenaient pour des personnels du musée. Comme les gardiens et agents de sécurité, nous portions un badge et étions postés plusieurs heures d’affilée à la sortie de l’exposition d’où nous semblions « surveiller » les allers et venues. Fréquemment, les visiteurs venaient donc se renseigner auprès de nous : « c’est par ici qu’on rentre ? », « est-ce que je peux sortir et revenir dans l’exposition ? »… D’autres, en particulier lorsque nous expliquions que nous étions présents pour réaliser une « étude sur l’exposition et ses visiteurs » s’adressaient à nous comme si nous étions responsables du contenu de l’exposition : « C’est très bien ce que vous avez fait ! », « Vous auriez peut-être dû évoquer… ». Quelques visiteurs, qui avaient compris que nous ne travaillions pas pour la BNF (nos badges portaient le logo CNRS ce qui nous permettait d’afficher notre extériorité), nous ont enfin donné le rôle de relais ou d’intermédiaires, comme cette femme qui nous a envoyé la correspondance de guerre de son père en espérant que l’on pourrait l’aider à en « faire quelque chose ».

par Jeanne Teboul (Labex Les passés dans le présent)

Terrain "C'étaient des enfants" Crédit S. Gensburger
Terrain « C’étaient des enfants »
Crédit S. Gensburger

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *