Tous les articles par Jeanne Teboul

Déambuler à travers les histoires

Le passé historique (re)vu dans les présents de deux visiteurs d’expositions consacrées à la Grande Guerre

MEMU Working paper 5

Dans les discours des représentants de l’État, de collectivités territoriales comme de nombreuses institutions patrimoniales, l’exposition d’histoire est considérée comme un vecteur de mémoire et comme un outil d’éducation à la citoyenneté. L’acculturation au passé serait susceptible de produire des effets sur le présent et sur le devenir.

A l’épreuve du terrain, s’observe pourtant une diversité des appropriations sociales du passé et une pluralité d’échos entre l’histoire exposée et les présents de ses visiteurs. Ce court texte, issu d’une communication présentée au 2ème atelier de recherche franco-britannique « Delving back into the past to look into the present and future » / « Explorer le passé pour interroger le présent et le futur »1 propose une brève exploration de l’étendue des spectres d’interactions entre le passé historique et le présent biographique, à partir des pratiques et représentations de deux visiteurs. Dans le premier exemple, le présent semble indissociable du passé ; dans le second, on peut se demander si l’histoire prend une place dans la visite d’un musée d’histoire. Ces deux entretiens suscitent des interrogations : comment le passé entre-t-il en résonance avec le présent des visiteurs ? Qu’est-ce qui, dans ce passé, est actualisé dans leur présent ?

Illustration 2

Sylvain Antichan & Jeanne Teboul, Labex « Les passés dans le présent »

  1. Atelier organisé par le programme « Care for the Future : Thinking Forward through the Past » et le Labex « Les passés dans le présent : histoire, patrimoine, mémoire », 22 et 23 avril 2015, Royal Society, London, UK []

«Pourquoi êtes vous venus à cette commémoration ?»

L’exposition « Poilus d’Isère » du musée de la Résistance et de la Déportation de Grenoble a été inaugurée le mardi 11 novembre à 18h. Cet événement a clôturé une journée ponctuée par de nombreuses commémorations dans la ville. En effet, à Grenoble, on ne célèbre pas seulement le 11 novembre 1918 ou le centenaire de la Grande Guerre mais aussi le 11 novembre 19431. Ainsi, cette même journée doit rappeler tant l’armistice que ce qui a pu être désigné comme la « Saint-Barthélemy grenobloise ».

Afin de resituer l’inauguration de l’exposition dans son contexte commémoratif, nous avons décidé d’observer tous ces événements : la messe commémorative à la cathédrale Notre-Dame, le dépôt de gerbes à la Porte de France, la cérémonie à la place Pasteur dédiée au 11 novembre 1943 et celle au monument des Diables bleus pour le 11 novembre 1918. Pour cette dernière cérémonie, nous nous étions réparti les rôles. Brett Le Saint, au premier rang, devait observer son déroulement. Pour ma part, positionné en recul, je devais scruter les spectateurs. L’observation était difficile à réaliser. Surtout, très rapidement, je me suis demandé pourquoi ces gens étaient venus. J’ai donc décidé d’interroger brièvement les individus réunis. Le contexte ne se prêtait guère à un long échange puisque les spectateurs étaient encore en train d’assister à la cérémonie quand j’ai commencé à les interroger. Une seule question a été posée :

« Bonjour, je réalise avec le CNRS une étude sur les commémorations. J’aurai voulu savoir ce qui vous a donné envie de venir aujourd’hui à cette commémoration. Cette étude est entièrement anonyme.»

Suite à cette question, quelques éléments ont été recueillis sur les personnes interrogées, principalement, l’année de naissance et la profession exercée. Le dispositif est très succinct et éminemment perfectible. Il se rapproche plus du « micro-trottoir » que de l’enquête sociologique à proprement dit. Toutefois, il n’est pas non plus sans signification. Cette mini-enquête a permis d’approcher 46 spectateurs. Elle offre un éclairage partiel sur les motifs incitant les gens à se réunir lors d’une cérémonie de l’armistice dans un contexte commémoratif. Ce post revient sur les quelques données ainsi recueillies.

Pourquoi êtes vous venus WP 4

Sylvain Antichan, Labex « Les passés dans le présent »


  1. A cette date, plus de deux milles personnes s’étaient rassemblées dans les rues afin de commémorer l’armistice, malgré les menaces et les interdictions du gouvernement de Vichy. 600 personnes furent arrêtées et 369 déportées vers les camps de concentration. []

Le corps des visiteurs dans les expositions

Les enquêtes en sciences sociales ont souvent recours à des questionnaires ou des entretiens pour interroger les individus et leurs pratiques. De telles méthodes posent des problèmes spécifiques quand on s’intéresse aux visiteurs d’expositions ou de musées. En effet, on leur demande d’expliciter avec des mots des pratiques qui s’inscrivent d’abord dans des corps. Certes, les visiteurs peuvent parler entre eux quand ils parcourent un musée. Mais, surtout, ils déambulent, ils regardent, parfois touchent des objets ou écoutent des sons. Or, avec des entretiens ou des questionnaires, on prend le risque d’accorder une attention trop restreinte à la dimension corporelle des pratiques. De plus, si on décide d’interroger les visiteurs sur ce point, ils ne sont pas toujours à l’aise pour répondre. Par exemple, rares sont ceux qui parviennent à expliciter pourquoi ils aiment toucher les objets. Dans ce cas, l’enquêteur impose des questions que les visiteurs ne s’étaient pas eux-mêmes posés. L’observation ethnographique devrait combler ces lacunes. Mais l’enquêteur peut alors à son tour éprouver une certaine gêne. Il ne sait pas toujours quoi observer et surtout comment problématiser ses observations. Ce bref post de blog développe des pistes pour travailler sur les corps des visiteurs dans les expositions.

Les corps des visiteurs. WP 3

Sylvain Antichan, Labex « Les passés dans le présent »