« C’étaient des enfants » : aux origines d’un projet de recherche

They were children – the origins of a research project

En 2012, année de la commémoration de la rafle du Vel d’Hiv, le Maire de Paris a souhaité proposer au public une exposition historique. J’ai été sollicitée pour en assurer le commissariat. Malgré mes quelques travaux historiens sur la persécution des Juifs à Paris, j’étais et demeure avant tout une sociologue qui s’intéresse aux rapports entre mémoire et politique. Au-delà de son évident intérêt en soi, être sollicitée par les pouvoirs publics municipaux pour concevoir une exposition « commémorative » m’est d’abord apparu comme une opportunité unique d’enquête ethnographique. Il s’agissait de saisir comment un récit public sur l’histoire était construit par le politique. J’ai ainsi tenu un journal de terrain de la genèse de l’exposition.

Mais au final, cela ne me disait pas grand-chose sur le cœur de ce qui m’intéressait depuis déjà de nombreuses années : quels effets sociaux produisent ce type d’action publique, souvent qualifiée de « vecteurs de mémoire » ? Ce questionnement rejoignait ceux de Valérie Tesnière directrice de la BDIC, et productrice de nombreuses expositions, et du Labex Les passés dans le présent. Il fut alors décider de lancer un terrain exploratoire. Continuer la lecture de « C’étaient des enfants » : aux origines d’un projet de recherche

De la «marche à la guerre» aux «derniers jours de l’ancien monde». Genèse de l’exposition « Eté 14 » à la BNF

L’un des axes de notre analyse concerne l’élaboration des expositions et les enjeux qu’elle soulève. Construire une exposition historique implique d’opérer des choix pour produire un récit à la fois rigoureux et cohérent, capable de rendre intelligible un événement ou une période précise. La lecture des comptes rendus de réunions du conseil scientifique et du comité d’honneur permet d’appréhender certaines des intentions muséographiques, de toucher du doigt les orientations scientifiques et scénographiques, de retracer des évolutions et de percevoir d’éventuelles pierres d’achoppement dans les débats entre les acteurs impliqués. Cette lecture fait émerger des enjeux variés qu’il s’agit de concilier : enjeux scientifiques, mais également pédagogiques (l’exposition doit être claire et accessible au plus grand nombre), esthétiques/muséographiques (les pièces et documents retenus doivent être « visuels »), politiques (d’autant plus dans le contexte actuel de commémoration du centenaire) et internes (il s’agit également, pour les institutions concernées, de faire une proposition originale susceptible d’attirer du monde et de répondre aux attentes des uns et des autres mais aussi d’associer tous les départements de l’institution). Continuer la lecture de De la «marche à la guerre» aux «derniers jours de l’ancien monde». Genèse de l’exposition « Eté 14 » à la BNF

Les expositions consacrées à la Première Guerre mondiale en Russie

En Russie, de nombreuses expositions consacrées à la Grande guerre verront le jour dans les petites et les grandes villes. Au Musée historique de Moscou une grande exposition « La Première Guerre mondiale. Le dernier combat de l’Empire russe » s’ouvrira au mois d’août. A Saint-Pétersbourg plusieurs institutions rendent hommage au centenaire du conflit mondial. L’ancienne capitale impériale possède, en effet, des fonds liés à la guerre.

La mémoire de la Première Guerre mondiale, en Russie, a été occultée par les révolutions de 1917. Les bolchéviks condamnaient la guerre « impérialiste » et « illégitime » et refusaient toute commémoration, en privilégiant la glorification des grèves, des luttes révolutionnaires et des exploits de l’Armée rouge. La vague mémorielle, que les pays européens ont connu dans l’entre-deux-guerres, n’a pas trouvé d’écho en URSS ; la mémoire des événements de 1914-1918 est restée pendant toute l’histoire soviétique imprécise et contradictoire, même si elle était parfois instrumentalisée. C’est la victoire de la Seconde Guerre mondiale, érigée à partir des années 1960 en véritable culte, qui occupait en URSS une place semblable à celle qu’occupe en Europe la Grande Guerre. Eu égard à la spécificité des interprétations soviétiques du premier conflit mondial et des politiques de la mémoire contemporaines, plusieurs expositions de l’été-automne 2014 méritent notre attention. Continuer la lecture de Les expositions consacrées à la Première Guerre mondiale en Russie