L’exposition comme terrain ethnographique. Méthodologie, problématiques et enjeux d’une enquête au musée

Ethnography of exhibitions, Ethnography in exhibitions – Methodology, problems and stakes of research in museums

Si les chercheurs en sciences sociales sont de plus en plus nombreux à investir les institutions muséographiques pour leurs recherches, ils ne dévoilent que rarement les conditions dans lesquelles s’est déroulé leur travail et n’explicitent pas toujours les problématiques et difficultés d’un terrain au musée. Durant plusieurs semaines, nous avons enquêté d’abord à l’Hôtel de Ville sur l’exposition « C’étaient des enfants », au Musée d’Histoire Contemporaine sur l’exposition « Affiche Action », puis à la BNF, sur l’exposition « Eté 14 » et ses visiteurs en suivant une méthodologie principalement qualitative (entretiens individuels et collectifs, discussions informelles, observations de salles et de visiteurs). Parallèlement à ces données, des questionnaires ont été récoltés afin de disposer d’informations à plus grande échelle sur le public fréquentant l’exposition et ses impressions de visite. Ces situations ethnographiques ont suscité des questionnements qui seront rapidement évoqués ici et donneront lieu à une réflexion plus poussée sur les conditions, contraintes et enjeux d’une enquête au musée. Continuer la lecture de L’exposition comme terrain ethnographique. Méthodologie, problématiques et enjeux d’une enquête au musée

Enquête auprès des visiteurs de l’exposition Eté 1914 à la BNF

Dans le cadre des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale, la Bibliothèque Nationale de France a ouvert une exposition intitulée « Eté 14. Les derniers jours de l’ancien monde », du 25 mars au 3 août 2014. Organisée en partenariat avec le Ministère de la Défense, l’exposition se penche sur les raisons d’un basculement. Elle retrace l’enchaînement éclair des événements politiques et diplomatiques ayant conduit à la déclaration de guerre, tout en cherchant à replacer ces mécanismes dans un contexte social, culturel et politique plus large.
A travers la construction de l’exposition se manifeste la volonté de combiner une double approche de l’histoire, à la fois thématique et chronologique. Le parcours est ainsi structuré autour d’un demi-arc de cercle qui permet au visiteur de disposer d’un aperçu synthétique des événements principaux, du 23 juillet (Ultimatum austro-hongrois à la Serbie) au 4 août 1914 (déclaration de guerre de la Grande-Bretagne à l’Allemagne). Partant de cette frise, des salles disposées comme des rayons proposent un éclairage thématique sur des sujets variés et complémentaires (« Un été comme les autres », « Le monde d’hier : l’Europe de 1914 », « Cosmopolitisme culturel et expansion économique », « La guerre à l’horizon ? », « Pacifismes et bellicismes », « Tu seras soldat », « Préparer la guerre », « Mobilisations », « Le choc »), un choix scénographique qui offre au visiteur la possibilité de composer son propre parcours. Continuer la lecture de Enquête auprès des visiteurs de l’exposition Eté 1914 à la BNF

Que voit-on du passé quand il est donné à voir ?

What do we see of the past when it is on display

En 2010, le projet de Maison d’Histoire de France a fait l’objet d’une importante controverse. Pour ses partisans, ce musée devait constituer un « support d’instruction publique » et un « lieu de mémoire ». Pour ses opposants, il faisait la promotion d’« un récit national dans un but politique ». Malgré leurs divergences, les participants à ce débat avaient en commun de considérer qu’exposer le passé doit nécessairement produire des effets de transmission de connaissances historiques et d’adhésion à des valeurs. En cela, ils ne faisaient que reprendre les conclusions, parfois implicites, d’une littérature désormais abondante sur les « musées d’histoire ». L’exposition de traces visibles du passé – images ou objets – dans des espaces dédiés aurait été l’un des vecteurs de l’émergence des Etats-Nations. Il reste que ces travaux portent presque exclusivement sur la genèse et l’institutionnalisation de ces musées sans s’intéresser aux mécanismes à travers lesquels ces présentations du passé à la vue des visiteurs auraient effectivement diffusé le sentiment national auprès du plus grand nombre. Continuer la lecture de Que voit-on du passé quand il est donné à voir ?