« C’étaient des enfants » : aux origines d’un projet de recherche

They were children – the origins of a research project

En 2012, année de la commémoration de la rafle du Vel d’Hiv, le Maire de Paris a souhaité proposer au public une exposition historique. J’ai été sollicitée pour en assurer le commissariat. Malgré mes quelques travaux historiens sur la persécution des Juifs à Paris, j’étais et demeure avant tout une sociologue qui s’intéresse aux rapports entre mémoire et politique. Au-delà de son évident intérêt en soi, être sollicitée par les pouvoirs publics municipaux pour concevoir une exposition « commémorative » m’est d’abord apparu comme une opportunité unique d’enquête ethnographique. Il s’agissait de saisir comment un récit public sur l’histoire était construit par le politique. J’ai ainsi tenu un journal de terrain de la genèse de l’exposition.

Mais au final, cela ne me disait pas grand-chose sur le cœur de ce qui m’intéressait depuis déjà de nombreuses années : quels effets sociaux produisent ce type d’action publique, souvent qualifiée de “vecteurs de mémoire” ? Ce questionnement rejoignait ceux de Valérie Tesnière directrice de la BDIC, et productrice de nombreuses expositions, et du Labex Les passés dans le présent. Il fut alors décider de lancer un terrain exploratoire.

De juin à octobre 2012, C’étaient des enfants a accueilli 120 000 visiteurs. Conduit à l’automne, sur une durée de trois semaines, une enquête collective a été réalisée auprès de certains d’entre eux avec, à mes côtés, Sylvain Antichan, Carole Bachelot, Gabrielle Chomentoski, Arnaud Figari et Julie Lavielle. Nous avons réalisé 73 entretiens in situ. Pour une vingtaine des enquêtés, leurs visites ont été observées au préalable. Au total, une centaine de séquences d’observation ont été effectuées. Enfin, 880 questionnaires ont été administrés et ont donné lieu à un traitement statistique, réalisé par Yann Renisio.

Si cette étude est par définition circonscrite, elle s’est inscrite d’emblée dans une démarche cumulative. Tout d’abord, la fréquentation de C’étaient des enfants est typique de celle des musées d’histoire en général. Son public fut majoritairement féminin, âgé de moins de 30 ans et surtout de plus de 60 et fortement doté en capitaux scolaire et culturel. Ensuite, cette exposition relève de la catégorie des mises en images de l’Holocauste. Or, c’est d’abord au sujet de cet événement historique, dont il est aujourd’hui acquis que, contrairement aux idées reçues, il a toujours, et dès son déroulement, été représenté, que s’est développé une double littérature, très peu empirique : sur le rôle social supposé des musées, vecteurs d’éducation à la tolérance et de construction d’un meilleur citoyen, d’un côté, sur la force des images en matière de transmission de l’histoire, de l’autre. Le projet MEMU – Revisiter les musées de l’histoire s’est depuis développé pour prendre à bras le corps ces questions, notamment à la faveur des expositions mises en œuvre dans le cadre du centenaire de la Première Guerre mondiale.

par Sarah Gensburger (CNRS/ISP)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.