Affiche-Action ! Voir et donner à voir la politique ?

Entre le 14 novembre 2012 et le 24 février 2013, la BDIC a proposé une exposition intitulée « Affiche-Action : quand la politique s’écrit dans la rue ». L’exposition s’est déroulée dans les locaux de la bibliothèque à l’Hôtel des Invalides. Ainsi, les affiches politiques avaient pour cadre un lieu largement assimilé à l’évocation de l’armée et de Napoléon.

L’exposition couvre une période s’étendant de 1789 jusqu’aux années les plus récentes. Elle s’ouvre sur la Révolution française, présentée à travers la figure d’Olympe de Gouge, se poursuit sur le XIXe siècle, en accordant une place majeure à la Commune. Pour le XXe siècle, elle privilégie la résistance, mai 68 et les luttes féministes. L’ensemble se referme par une salle spécialement dévolue aux usages politiques du graphisme contemporain, aux œuvres de Pierre Di Sciullo et Vincent Perrottet. L’ensemble a été divisé en 4 salles organisées chronologiquement. Plus le contenu exposé est récent, plus la pièce est lumineuse. En cela, la présentation des salles se modèle sur les transformations visuelles du support à travers l’histoire.

Les quelques 150 documents réunis sont composés majoritairement d’« affiches textes ». On retrouve aussi des caricatures, des petites étiquettes d’écolier devenues pour les résistants des supports politiques, des photographies de murs urbains qui permettent de visualiser les affiches dans leur contexte, une presse ; etc.

Dans un paysage contemporain où l’affiche est étroitement associée à la publicité et au marketing, l’exposition cherche à retracer la généalogie des affiches politiques, à reconstituer le rôle de ce support dans les mobilisations et les contre-mobilisations politiques, dans l’expression des pouvoirs et des contre-pouvoirs. Dès lors, l’exposition se présente comme une réflexion sur le rôle des écrits dans l’espace public. Le parcours invite à une double historicisation, une historicisation des messages politiques et une historicisation des formes visuelles adoptées pour les exprimer.

L’enquête conduite sur les visiteurs de cette exposition a donné lieu à la passation d’un questionnaire, directement administré par le personnel de la bibliothèque. En complément, un une brève étude qualitative sur une durée de 5 jours mêlant entretiens, observations et revisites de l’exposition a été réalisée. Elle fait l’objet du premier Working Paper du projet Memu.

par Sylvain Antichan, Labex Les passés dans le présent

exposition-affiche-action-2


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.