« Avez-vous déjà été ému par une truelle ? » Des émotions au musée.

« Avez-vous déjà été ému par une truelle ? ». Placardée sur de grandes affiches dans les couloirs du métro parisien, cette interrogation surprenante constitue l’un des slogans de la nouvelle campagne promotionnelle du Musée de l’Histoire de l’Immigration. En interpellant ainsi les passants et usagers des transports en commun, il s’agit de faire connaître la nouvelle galerie des dons, ouverte au public en mars 2014. Intégrée au musée dont l’objectif est de « constituer une collection représentative de l’histoire, des arts et des cultures de l’immigration », la galerie est conçue comme un espace interactif, accueillant des archives et objets liés à des parcours de vie. Chaque dépôt est accompagné d’un témoignage, l’objectif étant – comme l’exprime Hélène du Mazaubrun qui en est la responsable – de montrer que « l’histoire individuelle [constitue] le ciment de l’histoire collective ». A en croire les concepteurs du musée, faire entrer dans un lieu public ces artefacts d’ordinaire associés à la sphère privée (cartes d’identité, instruments de musique, photographies de famille, carnets de souvenirs…) ne « peut se faire sans émotion ». Si ce passage de l’intime au public fait naître une émotion chez les donateurs, qu’en est-il pour les visiteurs de cette galerie ?

La galerie des dons ne fait pas partie des terrains sur lesquels nous avons prévu d’enquêter dans le cadre de la recherche sur les appropriations sociales du passé par les visiteurs d’expositions historiques. Néanmoins, son slogan publicitaire résonne avec ce que nous voyons sur le terrain. Il nous permet de questionner le rôle des musées d’histoire et d’introduire quelques-unes des questions qui seront au cœur de notre travail. Le choix d’un tel slogan témoigne en effet de la mission que se donne l’institution : il s’agit d’émouvoir les visiteurs par la présentation d’histoires subjectives et « sensibles ». Dans un contexte où la muséographie semble de plus en plus attachée à immerger le spectateur dans une réalité pour lui faire éprouver des sensations, il devient légitime de s’interroger : l’émotion constitue-t-elle une « norme » dans l’expérience de visite ? Quelles émotions doivent-être ressenties ? Si l’hypothèse d’une norme émotionnelle était établie, il nous faudrait alors décrypter comment celle-ci prend forme dans la pratique, les espaces et contextes sociaux dans lesquels elle circule et s’applique et les façons dont elle influence, transforme ou reconfigure les expériences individuelles des visiteurs.

Le slogan choisi par la galerie des dons nous permet également de soulever la question des artefacts susceptibles d’émouvoir. Ici, l’institution se place dans une posture inattendue en proposant aux visiteurs d’être émus par un objet très fonctionnel et plutôt anodin, à la portée symbolique a priori limitée et dont la charge émotionnelle ne semble pas immédiatement visible. Cet exemple suscite des interrogations : comment les créateurs d’expositions prennent-ils en compte les émotions dans leur travail ? Comment et selon quels critères définissent-ils les pièces « émotionnelles » et quelles techniques muséographiques instaurent-ils pour provoquer des émotions ? Pour les terrains qui sont les nôtres, il est ainsi apparu qu’un uniforme standard pouvait être davantage porteur d’émotions pour certains visiteurs que telle ou telle trace archivistique de destins individuels.

Par Jeanne Teboul, Labex Les passés dans le présent

La Galerie des dons. Musée de l'histoire de l'immigration
La Galerie des dons. Musée de l’histoire de l’immigration

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.