« Août 1914. Tous en guerre ! » aux Archives Nationales

Présentation de l’exposition et premières pistes de travail, par Jeanne Teboul, Labex Les Passés dans le Présent

Inauguré en octobre 2013, le nouveau site des Archives Nationales implanté à Pierrefitte-sur-Seine (Seine-Saint-Denis) propose actuellement une exposition intitulée « Août 1914. Tous en guerre ! » (http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/sia/web/guest/aout-14). Ouverte au public depuis le 19 septembre et jusqu’au 22 janvier 2015, cette exposition constitue l’un de nos terrains de recherche.

L’exposition se centre sur les 36 premiers jours du conflit, de la mobilisation générale à la première bataille de la Marne. Comme le souligne Isabelle Chave, commissaire de l’exposition, le parti-pris est de présenter la manière dont la guerre et son déclenchement ont été vécus par les français, de l’intérieur, y compris par les populations les plus éloignées du front. Ainsi, le propos se ne circonscrit pas à la seule mobilisation militaire mais prend en compte des aspects de l’histoire sociale, économique, administrative, culturelle, industrielle du pays à cette époque. L’exposition propose une variété de documents et de supports : archives issues de fonds conservés aux AN, pièces prêtées par une trentaine d’autres institutions mais aussi films d’époque, bornes photographiques et douches sonores qui viennent émailler le parcours du visiteur.

Bien que l’enquête n’en soit qu’à ses débuts, plusieurs éléments spécifiques à cette exposition ont retenu notre attention et méritent d’être mentionnés ici. C’est d’abord la place accordée au pédagogique qui sera finement observée. Le service éducatif des AN a travaillé au paramétrage d’une offre très riche en lien avec les thématiques de l’exposition et comprenant notamment quatre ateliers interdisciplinaires à destination des publics scolaires. « Carnets de guerre », « Abécédaire de 14-18 », « Les chansons dans la guerre », « Artistes de la mémoire » doivent permettre aux élèves de primaire comme aux collégiens et lycéens de s’approprier une culture, un vocabulaire et des connaissances liés à la première guerre. Il nous faudra observer ces ateliers et travailler auprès des classes, en amont et en aval de leur visite pour comprendre comment se construisent, sur un temps long et dans des contextes variés, leurs rapports au passé. La présence de l’exposition sur les réseaux sociaux (facebook, twitter, pinterest) fera également l’objet d’une analyse approfondie qui permettra de mettre en lumière les transformations et reconfigurations des sens donnés au passé à l’ère du numérique.

Certains des partis pris de l’exposition nous semblent enfin mériter une attention spécifique. C’est notamment le cas de la tension qui paraît exister entre le caractère très « particulier » de l’exposition et sa visée universaliste. En effet, à la volonté d’ancrer localement le propos (de nombreux documents exposés mentionnent les communes de Pierrefitte ou de Saint-Denis, ou plus généralement s’inscrivent sur le territoire de l’actuelle Seine-Saint-Denis) s’ajoute l’intention de s’adresser à tous : hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, combattants d’outremer comme de la métropole…


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.