« Tous photographes » ? Réglementer la pratique photographique au musée: principes et pratiques

Le double phénomène de diversification et de banalisation de la pratique photographique dans la vie quotidienne, notamment appuyé par l’émergence du numérique, n’épargne pas les musées et institutions patrimoniales. C’est ce phénomène qui a poussé le Ministère de la culture et de la communication à mettre en place un groupe de travail chargé « d’explorer l’ensemble des questions sous-jacentes à la double problématique de l’autorisation et de l’interdiction de photographier dans les lieux patrimoniaux » (www.culturecommunication.gouv.fr). Rassemblant à partir du mois de mai 2012 plus de 30 participants (représentants de l’administration centrale, des musées et des monuments nationaux…), le groupe a posé les bases d’une charte des « bonnes pratiques », transmise en juin 2013 aux directeurs d’établissements patrimoniaux.

Très synthétique et consultable en ligne, la « charte des bonnes pratiques photographiques dans les musées et monuments nationaux » repose sur un engagement réciproque du visiteur et de l’institution, l’objectif étant de concilier « les logiques des établissements » et « l’horizon d’attente des publics ». Il est ainsi demandé au visiteur-photographe de faire preuve de civilité en ne gênant pas les autres visiteurs, de ne pas porter atteinte à l’intégrité des œuvres ou encore de réserver ses clichés à un usage strictement privé. Celui-ci doit également respecter le droit d’auteur et la vie privée des personnes. En retour, l’établissement patrimonial est invité à la transparence : il s’engage à fournir une information claire au visiteur (droits et interdictions, ces dernières devant être motivées ; affichage des règles sous forme de pictogrammes…) et doit aussi mettre en place une action de formation de son personnel sur les questions liées à la pratique photographique dans le musée.

L’un des objectifs de l’enquête de terrain sera de comprendre ce que les visiteurs font de cette charte : comment ils utilisent la photographie, à quel(s) moment(s) et dans quel(s) but(s) et comment celle-ci s’intègre dans leur parcours de visite. Les premières observations à ce sujet semblent témoigner d’une grande diversité des pratiques autour de la photographie. Ainsi, certains des visiteurs observés photographient tous les documents et pièces exposés, avant même de les avoir regardés, tandis que d’autres font de leur appareil un usage bien plus modéré. Les sujets principaux des photographies varient aussi : certains placent le document au centre, tandis que d’autres se servent de l’exposition comme d’un décor pour photographier leurs proches ou se mettre en scène (comme dans la pratique du selfie au musée #museumselfie). Il sera également intéressant de voir ce que deviennent ces photographies : servent-elles de supports aux récits de la visite que l’on fait à ses proches ? Sont-elles partagées sur les réseaux sociaux ? Il nous faudra enfin considérer les différentes fonctions de la photographie : simple souvenir, pratique qui permet de s’occuper ou modalité d’appropriation d’un contenu exposé ? Pour un visiteur rencontré aux Archives Nationales, la photographie constituait ainsi une possibilité de « ramener chez soi » des images d’objets qu’il ne pourra jamais posséder, en d’autres termes de s’approprier une partie de l’exposition même si cela ne « remplace pas » le « vrai contact » avec les originaux.

Jeanne Teboul, Labex Les passés dans le présent


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.