Réflexion sur un terrain au Musée de la Mémoire du Chili à partir d’un terrain à la BNF

Après les périodes autoritaires qui ont marqué les années 70 et 80 en Amérique Latine, la réflexion sur les politiques de réparation et de la mémoire a été au centre de l’action publique. Les premières initiatives ont été poussées par des organisations de victimes qui cherchaient à récupérer d’ex-centres de détention et de torture pour en faire des lieux de mémoire et de commémoration. Plus tard, les États ont commencé à avoir un rôle plus actif et à développer des mesures concrètes et visibles, telles que la construction de musées de la mémoire dans certains pays, notamment le Paraguay, l’Uruguay, et l’Argentine. Au Chili aussi, où a été inauguré la Musée de la Mémoire et des Droits de l’homme en 2010. Son ouverture figurait parmi les recommandations des Commissions de la Vérité des années 90 signalant l’importance de donner une place visible et publique à la période dictatoriale et à ses victimes. La construction de cet espace, ses contenus ainsi que la réception et l’appropriation de la part des publics, forment actuellement le thème de ma recherche doctorale.

Pour mon travail de master, j’ai étudié la manière dont ce musée présente et médiatise le passé en construisant une image de l’histoire nationale récente. J’ai pu observer que, dans cet espace, il existe un renforcement d’un imaginaire visant à mettre en valeur la cohésion sociale et la réconciliation, par l’inscription du passé traumatique dans le patrimoine national. Présentée ainsi la mémoire officielle s’articule autour de trois axes : le trauma partagé, la résistance et le triomphe du pays face à la dictature, ainsi que le refus ou la condamnation des abus commis pendant la dictature. À partir de cette observation, mon sujet de recherche porte sur les publics de cet espace, notamment sur la manière dont ils apprennent la période dictatoriale et mobilisent leurs mémoires à partir de l’expérience de visite au musée. Comment les visiteurs s’approprient le propos muséographique ? Quel est l’impact des contenus du musée sur le rapport des visiteurs avec la période de la dictature ?

L’invitation à participer au projet MEMU, notamment dans l’étude des publics de l’exposition « Été 14 » en juin dernier sur les débuts de la Première Guerre, m’a permis de mettre en perspective les contextes du terrain de recherche et de renforcer deux points qui seront au centre de la réflexion méthodologique lors de mon prochain terrain à Santiago : la proximité de l’histoire racontée et le lien entre le musée/l’exposition et l’enseignement scolaire.

La période de la dictature est vivement présente dans le débat public au Chili, même actuellement. C’est un sujet qui divise et sur lequel on a difficilement des positions surplombantes. Or, le Musée de la Mémoire raconte une histoire dont la plupart des acteurs sont encore vivants et dont les conséquences politiques et économiques sont visibles tous les jours. Dans l’exposition « Été 14 », la distance temporelle avec le sujet traité, ainsi que ma propre distance biographique et géographique, m’ont permis d’effectuer une observation plus dégagée de préjugés, ainsi qu’une entrée plus directe avec les visiteurs. À Santiago, étudier les publics du Musée de la Mémoire signifie entrer dans l’intimité des visiteurs, dans leurs visions historiques et politiques. Cela signifie aussi confronter mon imaginaire et mes relations avec la période autoritaire. En tant que chercheuse, cette proximité du passé raconté par le musée portera une double exigence de trouver une place éloignée pour l’observation et pour la formulation des questions, mais à la fois proche, de sorte à éviter chez les enquêtés la sensation d’évaluation et jugement. Cela d’autant plus qu’au Chili la tradition d’études de publics des musées est assez restreinte, et l’intervention des enquêteurs est rarement présente dans les espaces culturels.

Quant à l’enseignement scolaire, j’ai confirmé avec l’expérience du terrain à la BNF l’importance d’analyser la complémentarité entre les musées et l’enseignement formel de l’histoire. A la différence du traitement de la Première Guerre Mondiale dans les programmes scolaires français, au Chili, ce n’est que très récemment (2009) que la période de la dictature a été intégrée dans les manuels scolaires. La proximité de la période de la dictature et la complexité du débat public à son égard ont rendu difficile leur enseignement, c’est pourquoi je propose d’observer aussi le Musée de la Mémoire à Santiago comme un espace de découverte pédagogique de la dictature pour les toutes nouvelles générations. Mon intention est d’étudier dans quelle mesure ce musée se constitue dans un espace complémentaire et alternatif de l’enseignement formel de l’histoire récente, et en même temps comment une présentation de la dictature médiatisée par le musée fait ressortir chez les élèves la réflexion sur leurs histoires familiales par rapport à cette période. Concrètement, une des stratégies centrales de mon terrain sera l’accompagnent des visites scolaires, avant, durant et après la visite, par l’observation ethnographique et des entretiens permettant d’analyser de plus près le lien entre le musée, l’enseignement et la transmission de la mémoire chez les jeunes.

Malena Bastias, Université Paris Ouest Nanterre La Défense – ISP


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.