Les expositions consacrées à la Première Guerre mondiale en Russie

En Russie, de nombreuses expositions consacrées à la Grande guerre verront le jour dans les petites et les grandes villes. Au Musée historique de Moscou une grande exposition « La Première Guerre mondiale. Le dernier combat de l’Empire russe » s’ouvrira au mois d’août. A Saint-Pétersbourg plusieurs institutions rendent hommage au centenaire du conflit mondial. L’ancienne capitale impériale possède, en effet, des fonds liés à la guerre.

La mémoire de la Première Guerre mondiale, en Russie, a été occultée par les révolutions de 1917. Les bolchéviks condamnaient la guerre « impérialiste » et « illégitime » et refusaient toute commémoration, en privilégiant la glorification des grèves, des luttes révolutionnaires et des exploits de l’Armée rouge. La vague mémorielle, que les pays européens ont connu dans l’entre-deux-guerres, n’a pas trouvé d’écho en URSS ; la mémoire des événements de 1914-1918 est restée pendant toute l’histoire soviétique imprécise et contradictoire, même si elle était parfois instrumentalisée. C’est la victoire de la Seconde Guerre mondiale, érigée à partir des années 1960 en véritable culte, qui occupait en URSS une place semblable à celle qu’occupe en Europe la Grande Guerre. Eu égard à la spécificité des interprétations soviétiques du premier conflit mondial et des politiques de la mémoire contemporaines, plusieurs expositions de l’été-automne 2014 méritent notre attention.

Le Musée russe, spécialisé dans les arts plastiques, propose une grande exposition « La Première Guerre mondiale 1914-1918 » où sont exposés des tableaux des artistes russes qui ont rendu compte de la guerre. Si la mémoire du conflit était évincée du discours officiel, elle s’était réfugiée dans les œuvres artistiques, notamment les représentations picturales et les oeuvres littéraires, d’où leur importance dans la transmission de cette expérience. Une autre exposition, « L’acier et le sang. Les armes de la Première Guerre mondiale », est organisée par le Musée de l’Artillerie. D’après les statistiques et les sondages, en Russie, les musées militaires sont les plus visités par le public, fait qui n’est pas sans lien avec la situation politique contemporaine. Le centenaire de la guerre est célébré l’année même où la Russie a mis en cause les accords internationaux qui géraient les frontières de l’espace postsoviétique. L’annexion de la Crimée est appuyée par la majorité des citoyens. L’élan patriotique de la population qui fait bloc derrière son président dans les conflits territoriaux actuels, trouvera-t-il un écho dans la perception de l’exposition sur les armes utilisées il y a cent ans ?

Une exposition organisée par les Archives nationales est intitulée « Aujourd’hui Dieu nous met à l’épreuve… ». Tout en étant historique, elle nous renvoie à la culture politique d’aujourd’hui. Dans les discours politiques des années 2000 sont réutilisées de nombreuses catégories qui étaient en vogue dans la Russie impériale sous Nicolas II. Une place très large est accordée au sentiment national pan-russe ;  à la religion orthodoxe qui affiche son accord parfait avec les décisions du pouvoir exécutif ; aux discours traditionnalistes glorifiant la masculinité virile et la féminité douce. L’exposition montre les valeurs humanistes propres au tsar Nicolas II, l’apparition divine de la vierge aux militaires russes, les affiches propagandistes illustrant le courage des militaires, et enfin on y voit les lettres privées saisies à l’époque par les censeurs, à cause de leur contenu défaitiste.

Enfin, une exposition sera organisée par le Musée de l’histoire politique sur « Les images humoristiques et les cartes satiriques » consacrées au conflit. Le second degré, un antidote à la propagande, ouvre une perspective sur les visions oppositionnelles et subversives.

par Sofia Tchouikina (Université Paris Saint Denis)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.