De la «marche à la guerre» aux «derniers jours de l’ancien monde». Genèse de l’exposition « Eté 14 » à la BNF

L’un des axes de notre analyse concerne l’élaboration des expositions et les enjeux qu’elle soulève. Construire une exposition historique implique d’opérer des choix pour produire un récit à la fois rigoureux et cohérent, capable de rendre intelligible un événement ou une période précise. La lecture des comptes rendus de réunions du conseil scientifique et du comité d’honneur permet d’appréhender certaines des intentions muséographiques, de toucher du doigt les orientations scientifiques et scénographiques, de retracer des évolutions et de percevoir d’éventuelles pierres d’achoppement dans les débats entre les acteurs impliqués. Cette lecture fait émerger des enjeux variés qu’il s’agit de concilier : enjeux scientifiques, mais également pédagogiques (l’exposition doit être claire et accessible au plus grand nombre), esthétiques/muséographiques (les pièces et documents retenus doivent être « visuels »), politiques (d’autant plus dans le contexte actuel de commémoration du centenaire) et internes (il s’agit également, pour les institutions concernées, de faire une proposition originale susceptible d’attirer du monde et de répondre aux attentes des uns et des autres mais aussi d’associer tous les départements de l’institution).

L’exposition « Eté 1914 » a fait l’objet de nombreuses réunions préparatoires au cours desquelles des points de vue variés se sont exprimés. En premier lieu, les débats concernaient l’objet même de l’exposition, son « fil conducteur ». Initialement fixée autour de la « guerre dans les esprits » avant 1914, la problématique s’est progressivement orientée vers le déclenchement du conflit (« comment en est-on arrivé là ? »). Cette évolution résulte notamment d’une remise en cause de la notion de « marche à la guerre », impliquant une vision trop déterministe de l’histoire, suggérant le caractère inéluctable de l’événement. En retraçant les origines du conflit, les acteurs ont pu ouvrir le spectre des attitudes face à la guerre et mettre l’accent sur l’effet de « surprise ». Le cadrage temporel de l’exposition a également été discuté ; à l’origine, l’exposition devait couvrir une période longue de plusieurs décennies (1870-1914). Pour accroitre l’intensité dramatique et proposer un point de vue novateur, c’est finalement l’approche micro-historique qui a été retenue, la chronologie s’étant resserrée aux « derniers jours de l’ancien monde » (23 juillet – 4 août). La place dévolue à cette chronologie a aussi été questionnée : doit-elle constituer la colonne vertébrale de l’exposition ou doit-elle être « cassée » pour privilégier une approche thématique ? A la délimitation temporelle, s’est ajoutée une réflexion sur le cadrage géographique du propos : dans quelle mesure doit-on intégrer la dimension internationale de l’événement et comment le faire ? La question des supports muséographiques a enfin constitué un autre fil rouge de ces débats, renvoyant de façon plus large au rôle de l’exposition : s’agit-il de résumer l’état de la recherche sur un point ? De faire réfléchir le public ? De l’instruire ou de l’émerveiller en lui proposant des pièces spectaculaires ?

par Jeanne Teboul (Labex Les passés dans le Présent)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.